LinkedIn
Twitter
Facebook

Documentation > Points vitaux

POINTS VITAUX DU CORPS (KUPSO)

Un point vital est défini comme un point sensible ou fragile du corps et vulnérable à une attaque. Il est essentiel qu'un adepte du Taekwon-Do ait une connaissance de ces différents points afin qu'il puisse utiliser les bonnes techniques d'attaque ou de défense.

On doit réaliser qu'une force différente peut être nécessaire lorsqu'on frappe des points vitaux différents. Par exemple, un petit coup est très efficace lorsqu'il est appliqué au cou. D'autre part, un abdomen fort peut supporter une grande force sans dommage aux organes internes.

Les points vitaux peuvent être divisés en deux groupes:

  • les points majeurs : une blessure à ceux-ci peut entraîner le décès ou une invalidité permanente;
  • les points mineurs : une blessure à ceux-ci ne menace pas de mort, mais peut causer de la douleur ainsi qu'une invalidité temporaire.

En résumé, le corps humain peut être divisé en cinq parties:

  • la tête;
  • le cou;
  • la poitrine;
  • l'abdomen et les parties génitales extérieures;
  • les quatre membres.

LA TÊTE (Mori)

La structure osseuse de la tête est composée du crâne qui protège le contenu de la tête. Le crâne est composé de 28 os, dont huit abritent le cerveau. Les yeux sont fixés profondément dans leurs orbites et sont ainsi bien protégés des coups de pied ou de main, sauf lors d'une attaque avec les doigts ou les orteils, attaques pouvant causer de graves dommages.

Le nez se compose d'une partie osseuse (la racine du nez) et de cartilage (le bout du nez). Un coup sur le nez peut amener une fracture et/ou un saignement difficile à contrôler. Aucune de ces blessures n'est généralement sérieuse.

La bouche est formée, entre autres, de la langue, du maxillaire où sont fixées les dents du haut, de la mandibule (le maxillaire inférieur) où sont fixées les dents du bas. Les lèvres couvrent les dents; une fossette (philtrum) se trouve au milieu de la lèvre supérieure (cette fossette est sans importance sauf comme point de repère). Des blessures à la bouche résultent généralement en dents cassées, lèvres ou langue mordues et parfois en os fracturés.

L'oreille est formée de l'oreille externe qui est visible et l'oreille interne, qui elle, est invisible. Une blessure à l'oreille externe cause de l'œdème ou un saignement, c'est rarement sérieux. Cependant, un coup sur le conduit de l'oreille menant vers l'oreille interne peut rompre la membrane du tympan, causer une douleur vive et une surdité temporaire.

Il est très important de réaliser que TOUT coup suffisamment fort sur quelque partie de la tête aura pour conséquence une perte de conscience. Ceci doit TOUJOURS être considéré sérieusement parce que même s'il ne s'agit que d'une légère commotion, elle peut être un signe de mort prochaine.

LE COU (Mok)

Le cou peut être vu comme la tige qui relie la tête et le cerveau au reste du corps. Il agit tant comme support de la tête que comme conduit. Les vertèbres cervicales (cou) supportent la tête et forment la première partie de la colonne vertébrale. Les autres parties de la colonne vertébrale sont formées des vertèbres dorsales (cage thoracique et membres antérieurs), des vertèbres lombaires, des vertèbres sacrées (le sacrum) et des vertèbres coccygiennes.

La moelle épinière est la partie du système nerveux central qui se situe à l'intérieur de la colonne vertébrale. Elle permet la communication entre le cerveau et le corps. C'est une structure essentielle aux fonctions motrices et aux sensations en provenance de notre corps. Les nerfs allant vers le reste du corps sortent de la colonne vertébrale entre deux vertèbres adjacentes.

Des blessures à n'importe quel endroit de la colonne vertébrale peuvent entraîner la fracture d'une vertèbre qui, si déplacée, causera une compression des nerfs ou rupture de la moelle épinière. Par la suite, elles peuvent conduire à la paralysie des muscles ou de la partie du corps innervée par ces nerfs.

La colonne cervicale est composée de sept vertèbres. La partie « conduit » est située à l'avant de la colonne cervicale. En avant de celle-ci viennent la trachée et le larynx (le cartilage qui le protège est appelée communément Pomme d'Adam) qui apportent l'air aux poumons. À l'arrière est placé l'œsophage qui apporte la nourriture à l'estomac. De chaque côté de la colonne se trouvent les artères carotides qui portent le sang du cœur au cerveau.

Une blessure au larynx, à la trachée ou aux artères carotides est extrêmement grave et peut conduire à une mort rapide. Une blessure à l'œsophage est très rare, exception faite d'une blessure au cou à l'aide d'un couteau ou d'une arme à feu.

LA POITRINE (Gasum)

La poitrine comprend la cage thoracique, les poumons, le cœur, l'aorte et les veines caves (gros vaisseaux qui se ramifient et donnent naissance aux veines). La cage thoracique est composée des côtes et des muscles qui offrent une excellente protection aux organes internes qu'ils enveloppent. Les côtes peuvent faire l'objet de blessures.

Comme elles font bien leur travail, les poumons, le cœur et les vaisseaux sanguins sont rarement endommagés en Taekwon-Do. Il faut toutefois souligner que la colonne dorsale qui parcourt l'arrière de la cage thoracique est très vulnérable aux coups directs.

L'ABDOMEN (Bokboo)

L'abdomen est une cavité contenant plusieurs organes. Il est formé du diaphragme et de la cavité pelvienne (bassin). La paroi abdominale le recouvre en avant et sur les côtés. L'arrière de l'abdomen est formé de la colonne lombaire et des muscles dorsaux. Il est bon de noter que la colonne lombaire, composée de cinq vertèbres, est le seul support solide de l'abdomen.

Une blessure aux muscles dorsaux causera des douleurs au dos pouvant handicaper une personne pour plusieurs mois sinon plusieurs années. Alors qu'une blessure à la colonne lombaire entraînera des douleurs aux jambes ou encore, une paralysie des membres inférieurs.

Parmi des organes importants au niveau abdominal se trouvent le foie, la rate, le pancréas et les reins. Un coup direct à l'un ou l'autre de ces organes causera leur rupture et une hémorragie pouvant être fatale. L'estomac et les intestins sont rarement blessés exception faite d'une blessure à l'aide d'un couteau ou d'une arme à feu. Un coup au plexus solaire est très invalidant, mais n'a pas de conséquences à long terme.

Un coup aux organes génitaux de la femme est très douloureux mais ne comporte aucune séquelle sérieuse. Toutefois, pour les hommes, la situation est différente : un coup aux organes génitaux peut causer une hémorragie interne aux testicules et, subséquemment, rendre l'homme stérile. Ces coups peuvent donc avoir des conséquences graves.

LES MEMBRES (Pal Gwa Dari)

Les bras sont reliés au corps par les clavicules et les omoplates. Une blessure à l'épaule n'est généralement pas grave : l'épaule peut être facilement disloquée et par conséquent, causer une compression des nerfs et des vaisseaux passant par l'aisselle.

L'aisselle est une cible de choix car elle n'est nullement protégée lorsque le bras est levé. De plus, le nerf ulnaire ou cubital traverse l'intérieur du coude et il est très vulnérable aux blessures.

Des fractures aux poignets et aux mains peuvent paraître bénignes mais elles peuvent causer une incapacité sévère à long terme. Les genoux sont très vulnérables à une attaque de côté; à noter qu'un genou fracturé est un genou faible pour la vie. Les tibias (devant de la jambe) et les pieds sont facilement blessés mais ne subissent habituellement qu'une incapacité temporaire.

Tous les adeptes devraient connaître les premiers soins à donner en cas de blessures, incluant les techniques de réanimation cardiorespiratoire (RCR). Dans les cas d'hémorragie interne, on doit délicatement étendre la personne blessée, vérifier son teint, son état de conscience, son pouls et sa respiration. Il ne faut jamais déplacer le blessé et on doit appeler un médecin immédiatement.

-----
Extrait de : CONDENSED ENCYCLOPEDIA OF TAEKWON-DO, by Gen. Choi Hong Hi, 5th Edition, 1999, International TaeKwon-Do Federation, pages 104 à 107; Vital spots; traduction Louise Falardeau et Joliette Trân, 1ère version.

Mise à jour : 23 février 2013