LinkedIn
Twitter
Facebook

TÉMOIGNAGE

LE TAEKWON-DO ET L'ANCRAGE DES VALEURS DE SA VIE

Entrevue avec Nicole Marchand
Propos recueillis par Lucie Lavoie

Après une douzaine d'années de pratique de Taï chi, Nicole Marchand passe au Taekwon-Do. Vous avez bien lu, du Taï chi au Teakwon-Do, et non l'inverse! C'est sa belle-fille, collègue de Joliette Trân, qui lui parle du centre Trân Fusion. «Le fait que Joliette Trân est ergothérapeute m'a mise en confiance. J'ai cru que la pratique de cet art martial plus dynamique pourrait m'être bénéfique.» C'est un problème de hanches qui l'avait obligée à délaisser le Taï chi. Elle mise juste puisque petit à petit, ses symptômes de départ s'amenuisent, et avec eux, la peur de se blesser.

À la question: comment son entourage réagit-il au fait qu'elle pratique le Taekwon-Do à cette période de vie? Elle sourit. «Mes amis m'ont toujours considérée comme une bibitte à part, une excentrique, alors que je me mette au Taekwon-Do à plus de 60 ans, n'a rien arrangé. Mes amis optent davantage pour des activités culturelles plus classiques, pratiquent le golf, partent en voyage. Dans ma famille, mon fils ayant lui-même fait du Karaté, et mes filles préférant les activités intenses comprennent très bien que je désire me dépenser physiquement. Un de mes petits-fils, qui a 5 ans, veut s'inscrire à Trân Fusion cet automne.»

Le Taekwon-Do: une méthode qui agit sur nos vies

Nicole, consultante en éthique et scénariste aujourd'hui retraitée, comprend certaines réticences des Québécois vis-à-vis les arts martiaux. «Pour la société québécoise qui se veut égalitaire, l'aspect militaire et hiérarchisé du Taekwon-Do peut irriter certains d'entre nous. Comme si notre passé religieux nous rendait allergiques à toute autre forme d'autorité morale.

«Par exemple, au début de chaque cours, la récitation du credo du Taekwon-Do, ces cinq valeurs que sont la courtoisie, l'intégrité, la persévérance, le contrôle de soi et le courage, et du serment de l'adepte, peut apparaître infantilisante. Mais cette méthode dirige notre attention vers des choses importantes, qui méritent réflexion. Ça n'a rien d'enfantin de réfléchir sur le sens de la vie.

«Alors oui, ce peut être agaçant, durant les premiers cours, de réciter le credo et le serment, debout, les mains dans le dos, mais cette irritation culturelle ne fait pas le poids devant ce qu'apporte la pratique du Taekwon-Do. C'est certain que les discussions parfois un peu artificielles sur des valeurs aussi complexes (citées plus haut) ne peuvent suffire à changer le monde. C'est bien davantage dans l'exercice corporel, dans le fait d'échanger, et d'écouter l'autre s'exprimer sur ses réflexions morales, que l'intégration des valeurs s'effectue. «Et puis cette promotion des valeurs, malgré toutes nos résistances naturelles, nous aide. Je le constate bien concrètement. Les circonstances de la vie changent continuellement. L'arrivée récente de mon frère, atteint d'une maladie neurodégénérative, bouleverse ma vie personnelle. Cette situation sollicite à la fois le contrôle de moi-même et nécessite du courage. Je dois l'aborder avec beaucoup de courtoisie, sinon il perd ses moyens. Toute cette grille des valeurs promues par le Taekwon-Do, et la force de cette tradition, me donnent confiance tant dans ma propre persévérance, que dans ma capacité à préserver l'équilibre de ma vie personnelle.

Se sentir solide en situation de conflit

«Dans une toute autre circonstance, j'ai aussi remarqué une transformation de l'image de mon corps en situation de conflit. C'était la première fois que je me percevais en situation de combat. Lors d'une assemblée publique, à titre de membre d'un conseil d'administration, j'ai été la cible d'attaques de gens très en colère. À la lumière de la pratique du Taekwon-Do, j'ai vécu cet événement avec une stabilité et un équilibre tel que le corps les développe lorsqu'on exécute une forme de Taekwon-Do ou qu'on s'exerce à un combat arrangé. Je me suis sentie solide sur mes pattes, j'ai discuté calmement… J'ai réussi à amener les gens à ce que ce ne soit pas la colère qui dicte la décision que nous avions à prendre.